Il y a une vie après la séparation

Il y a une vie après la séparation

Qu’elle soit le résultat d’une longue et agonisante relation non fonctionnelle, prolongée inutilement, ou qu’elle conclue selon les principes de la condition humaine l’aventure de la partenaire avec le stomatologue (ou n’importe quel autre homme), la séparation représente une affaire désagréable et difficile à gérer.

Tel qu’informent aussi les citations motivationnelles qui font des victimes parmi les maitresses de maison, les instables émotionnellement et les chômeurs, toute fin est le début d’autre chose. Même si elle se veut optimiste, la logique derrière la sagesse populaire a, en quelque sorte, raison. Clôturer un chapitre de sa vie mène à la lecture d’un autre. Ce n’est pas de n’importe quoi, c’est la réalité, vécue par un bon nombre d’autres personnes. L’important c’est de ne pas rester bloqué entre les pages, regrets, lamentations ou attitudes comme: ”je suis le plus malheureux individu de la planète”.

Ayant comme arme cette sorte de motivation, vous n’allez pas aller très loin (en tout cas, pas plus loin du bar du coin, où vous allez gaspiller votre argent dans de l’alcool et votre temps dans de discutions molles de philosophes de quartier).

Cela ne veut absolument pas dire qu’une fois seul vous devez faire une méga fête ayant la thématique “Libre, finalement!”, célébrant de la sorte, tout bruyamment, la reprise de la vie de célibataire en harmonie avec l’Univers. Vous avez sans doute besoin d’un moment de “deuil”, indispensable à la réévaluation des priorités et à la libération graduelle de l’évènement passé.

Une fois passée cette période, la mélancolie et l’apitoiement sur soi ne peuvent plus représenter une option. Les principaux domaines à fortifier dans le but d’une existence intéressante post-séparation sont:

 

1.-Le sexe. Bien des individus récemment séparés de leur copine, utilisent le sexe comme une arme contre la confusion, essayant de reconfirmer leur masculinité à leurs propres yeux.

A part les moments d’extase passés à côté de quelqu’un d’inconnu, ces individus comptent obtenir de la sorte une vision différente regardant l’avenir immédiat. Hélas, la plupart des fois ce n’est certainement pas le cas, car, même si le sexe comporte toute une série de qualités remarquables, la relance de toute la perspective sur l’existence devient quelque chose d’impossible à surmonter.

Que pourrait pourtant faire un homme seul, à peine sorti d’une relation où même un regard furtif sur un décolleté était condamné à reprises? Exactement ce que ferait un fumeur persuadé que l’abstinence ne supprime pas la possibilité d’un cancer pulmonaire ou un carnivore convaincu, après que la diète végétarienne recommandée par le spécialiste eut pris fin.

Evidemment, du sexe (cigarette et rôtis pour les deux autres).

Le choix idéal dans le domaine intime limite les recherches à une escort (voire deux, trois même). Pourquoi? Ressentant encore le gout amer et la vibration du mot “Adieux!” sur leur lèvres, certains mâles ne sont pas prêts à sortir de nouveau “à la chasse”. Et ils en ont toute la raison du monde, pourquoi s’efforcer encore une fois pour trouver du sérieux quand ils peuvent trouver leur réconfort contre une somme d’argent.

Réfléchissez-y un peu! L’alternative “amour rémunéré” vous épargne l’effort de récupérer des tréfonds de la mémoire d’anciennes et belles phrases de drague, de porter des conversations insipides, préliminaires à une débauche incertaine et, surtout, d’éviter la déception des éventuels refus (le désespoir fait fuir les femmes) ou de soudaines et inattendues déceptions sexuelles.

Orientez-vous donc vers quelqu’un d’instruit, qui va vous offrir exactement ce que vous voulez, mais ne commettez surtout pas l’erreur de prendre la professionnelle choisie comme remède tout guérissant et que vous vous mettiez à soupirer sur son épaule tandis qu’elle, naturellement, s’attend à une toute autre chose...

Une nuit dans la compagnie d’une “courtisane” sensuelle, habituée à offrir des services de “consolation”, ne va peut-être pas pouvoir remplir le vide intérieur que vous ressentez, mais vous rendra sans doute la vie plus belle. Une telle aventure ne pourra peut-être pas éliminer de votre “système” l’ennui de l’autre, mais elle vous aidera à vous distancier de ce malaise. Et, bien sûr, peu à peu, elle vous aidera à apprécier pleinement le statut de célibataire qui peut à tout moment se permettre quoi que ce soit, où que ce soit.

 

2.-Les amis. Un bon remède pour l’adaptation au nouvel statut serait de passer son temps libre avec les amis. S’isoler, négliger son aspect (parce que “à quoi bon toutes ces douches et rituels de rasage matinal?”), chercher l’oubli dans des films pornos ou des matches de boxe n’est pas le bon chemin à prendre.

Par de raisons propres à la logique féminine (inutiles donc à expliquer), l’espace réservé aux rendez-vous avec les potes était bien limité, pour faire place aux activités de couple. Lorsque vous étiez “ensemble”, votre partenaire disposait de vous pour le shopping, les comédies romantiques et les réunions familiales, au lieu de vous donner la permission (au moins de temps en temps) d’aller boire une bière avec les copains. Quant au strip-tease, ivresses bruyantes ou une soirée ailleurs sans avancer des raisons pertinentes (d’ordre professionnel, sans doute), il n’était même pas question.

Maintenant, les limites et les restrictions n’ont plus de pouvoir à vos yeux. La liberté c’est votre deuxième prénom, car le temps où on était obligé de donner des explications est passé. Dans ce contexte, vous affaler sur le sofa, la télécommande figée entre vos mains, ne semble pas être une idée trop inspirée, n’est-ce pas?

 

3.-Les passions. L’un des avantages d’être sans obligations consiste en la quantité de temps libre que quelqu’un a à sa disposition et, par voie de conséquence, en la possibilité de se concentrer sur soi-même ou bien sur ses passions intimes, comme, par exemple: aller à la pêche, collectionner des magazines de cul, soulever des poids, voir des matches de football...

Assurément, sous la domination de la relation officielle, vous avez été souvent obligé de renoncer aux petits plaisirs personnels au nom de l’idée de “bien commun”.

Dernièrement, les limitations de faire ce que bon vous semble sont suspendus (au moins temporairement), de sorte que rien puisse entraver la béatitude suprême en tant que résultat de nombreuses autres pratiques. Depuis celles “domestiques” comme jouer aux jeux vidéo ou se masturber, jusqu’à celles “extérieures” comme les rendez-vous avec des inconnues ou les jeux de hasard (les deux dernières variantes ayant pas mal d’éléments communs).

A défaut des passions antérieures, bonnes à ranimer l’atmosphère, vous pouvez à tout moment diriger votre attention vers de nouveaux loisirs, pas encore expérimentés. Les variantes en sont nombreuses, chacune d’elles surclassant l’apathie, la contemplation du plafond ou le fait de regarder des photos de temps à autre...

 

4.-Les endroits. Changer son statut amoureux comprend aussi le changement du paysage. Malgré les habitudes crées antérieurement, le célibat exige d’être célèbre en envahissant de nouveaux territoires. Fréquenter le même cadre limité des “pâturages” (restaurants, bars, maisons de thé, etc.) garde vivante l’empreinte du passe et empêche d’avancer vers le suivant niveau.

Le “marché” abonde en offres intéressantes, marquant la saveur d’un nouveau début. N’ayez pas peur d’explorer des endroits que vous ne connaissez pas, peuplés de visages inconnus, opportunités tentantes et une goutte de mystère ou d’adrénaline. Des endroits favorables au relance de la vie sociale, ou vous allez vous métamorphoser, de l’ “individu malheureux à la relation échouée” vers le “mec sympa et bien mis” (certes, si vous vous efforcez de regarder un peu “approprié” dans un tel périple) ou il y a une vraie possibilité voire opportunité de tout reprendre à zéro.

* * *

Vous vous souvenez du sentiment claustrant de la captivité en laisse? De votre rêve de passer une fin de semaine entière loin de la mosaïque de ses états d’esprit contradictoires, de ses exigences abusives? Les nerfs que vous vous êtes faits lorsqu’elle vous a reproché d’avoir dénudé du regard la vendeuse de la boutique du coin? L’échec des négociations d’organiser une partie à trois?

Eh bien, cette époque-là est bien révolue. L’avenir vous appartient.

PS: Vous pouvez garder la laisse si vous avez un fétiche explicite à ce propos.

 source:www.eroticnote.com