Lois bizarres regardant le sexe

Lois bizarres regardant le sexe

La liberté sexuelle comporte des significations différentes pour chaque individu, groupe, communauté ou pays en partie. Si pour certains faire l’amour avec les volets haussés fait partie du quotidien et donc n’a aucune importance, pour d’autres cette exposition indécente relève d’une conduite qui puisse faire plaisir seulement si le sujet était en état d’ébriété. Des fois cela ne s’applique ni dans ce cas... particulier.

De même, si dans un certain pays, l’infidélité n’est blâmée que d’un point de vue moral, et n’a rien à voir avec les juridictions, dans d’autres états du monde le manque de loyauté est enregistré comme action juridique incriminable.

Dans le contexte amoureux de la vie, la ligne de démarche entre « c’est faisable » et « c’est faisable, mais, si tu le fais, tu finiras, certainement, en prison » est une ligne mince et dangereuse, comme le signalent les dispositions législatives des maintes nations:

01.-Associé souvent à l’idée d’homosexualité, le terme « sodomie » fait référence, généralement parlant, à ce type de relations qui excluent le rapport vaginal (des fois même à la zoophilie). Au Nevada, aux Etats-Unis, la législation des années 50-60 prévoyait de graves sanctions pour les actes de sodomie, y compris la peine de mort. Le choix devenait, par conséquent, difficile: quelques minutes d’euphorie extrême ou... « adieu, la vie » ?

02.-La virginité n’est pas une vertu partout au monde. Aux Iles Guam, celle-ci constitue un obstacle majeur dans la conclusion d’un mariage. On y interdit aux vierges, par la loi, de se marier, de sorte que celles-ci soient obligées d’avoir recours aux services érotiques des « professionnels » spécialisés dans la préparation des nanas inexpérimentées pour le mariage convoité. Quel beau métier !

03.-Aux Iles Bahreïn, les hommes n’ont le droit de regarder que les organes génitaux avec lesquels « ils se sont unis devant la loi et la divinité ». Cette interdiction est valable non seulement pour les capricieux qui ont assez du vagin de leurs femmes et aspirent à diversifier leur menu, mais aussi pour les médecins gynécologues. N’ayant pas d’autre solution à portée de main, les médecins se voient obligés d’exécuter leurs contrôles et procédures médicales dans une manière purement et simplement intéressante, c’est-à-dire... par l’intermédiaire d’un miroir.

04.-De tous les pays du monde, seul le Liban a compris qu’il ne peut pas se mettre entre l’« amour » qu’un individu puisse développer pour sa chèvre ou son mouton. La législation de ce pays permet les relations sexuelles avec des animaux, pour autant que l’amour se limite aux femelles. Les rapports ayant comme partenaires des bêtes vivantes du genre masculin ne sont pas tolérés par les autorités invoquant le bon sens. En effet, les « zoophiles » de ce type, une fois condamnés, subiront la peine de mort.

05.-L’idée de voyeurisme et de l’exhibitionnisme comporte des formes différentes, toujours plus étranges et « obligatoires ». Dans certaines régions de la Colombie, (au moins) la mère d’un des jeunes mariés est sure de participer à leur première nuit d’amour. Sa présence aux confins du lit conjugal (inadéquate, des maintes points de vue) lui est réservée par la tradition. Le pop-corn est, en revanche, facultatif.