Inventions sexuelles inédites

Inventions sexuelles inédites

D’un certain point de vue, l’idée même de jouet sexuel est un peu folle. Pourquoi ressentirait quelqu’un le désir ardent d’introduire des objets artificiels dans de diverses parties de son corps ou bien d’entasser son "organe" dans toutes sortes de diapositives qui reproduisent l’inégalable vagin féminin?

Certes, l’humanité ait adressé un tas de questions qui sont restées sans réponse... Mais ce n’est pas le cas de celle-ci!

Le plaisir, la variété, les soirées solitaires, la littérature érotique ou l’effet de certaines stratégies de marketing réussies font partie de la complexité des raisons qui déterminent les "coupables" à se réserver un tiroir secret pour des boules anales, culottes vibrantes ou prolongateurs de pénis.

L’histoire des accessoires sexuels est bien complexe. On identifie son début bien avant les "imitations" tenues à grande estime dans l’époque contemporaine, étant étroitement lié aux sculptures phalliques que nos ancêtres confectionnaient manuellement, voilà déjà 30.000 ans. Un tel didot antique, qui représentait bien clairement les organes génitaux masculins aux dimensions satisfaisantes (20 cm), a été découvert par les archéologues dans la grotte de Hohle Fels dans le sud-ouest de l’Allemagne.

Ce "modèle" n’est pourtant qu’un de nombreux exemples de formes imitatives que les gens utilisaient à l’époque et dont le but était le même qu’aujourd’hui: s’amuser, se stimuler et, pourquoi pas, faire fuir les "maux de tête".

Le précurseur du vibrateur classique commence son existence dans l’Angleterre du XIXe siècle. Afin de conserver la tradition des guérisseurs de l’Antiquité, qui prescrivaient le massage génital pour le traitement des femmes hystériques, les spécialistes de cette époque-là recommandaient aux patientes des séances répétitives de masturbation manuelle.

Se faire toucher dans de buts "curatifs" la vulve et le clitoris par un docteur aux mains habiles et résistantes avait le rôle d’amener la souffrante au bord du "paroxysme hystérique de soulagement" (nom scientifique et pompeux pour décrire en fait un... orgasme).

Vu que les "clientes" étaient de plus en plus nombreuses (qui refuserait volontiers une série garantie de plaisirs "médicaux"?), cette procédure a rempli les poches des professionnels, leurs apportant aussi bien des crampes aux doigts. Les longues heures passées à choyer les vagins de la haute société (tout le monde ne se permettait pas ce "traitement"), devaient en fin de compte exiger leur tribut.

Le besoin d’économiser du temps et de l’énergie avec les patientes qui arrivaient au "cabinet" tendues, pour repartir relaxées, s’est vite installé dans ce contexte des difficultés rencontrées par les médecins, fournisseurs inépuisables d’argent et des frissons. Ainsi, il a fallu peu de temps à ce que le docteur anglais Joseph Mortimer Granville brevète le premier vibrateur électromécanique du monde.

Le développement de la technologie a permis l’amélioration et la diversification de tels produits, très recherchés sur le marché. La créativité humaine a démontré elle aussi son potentiel, de sorte qu’on ait créé des variantes manuelles, pneumatiques, pour maigrir et de nombreuses autres.

A partir de la seconde moitié du XXe siècle, la destinée du petit objet investi de forts pouvoirs magiques a substantiellement dévié de son trajet.

L’introduction avec succès de ces "instruments" spectaculaires dans les productions pornographiques, la décision de l’Association Américaine de Psychiatrie d’extraire l’ "hystérie" de la liste des affections médicales en 1952, ainsi que les révélations des sexologues de l’époque concernant le comportement érotique dans son ensemble ont graduellement mené à l’évolution de l’ "amant artificiel" depuis son statut médical vers celui de "simple" jouet sexuel.

La gamme des produits destinés à l’usage amoureux est devenue de plus en plus complexe au fil du temps et le marché offre actuellement une riche explosion d’accessoires pour dames, demoiselles et messieurs, individus hétérosexuels, homosexuels, bisexuels, couples, débutants avec des penchants communs ou alternatifs ou experts au lit visionnaires.

Aujourd’hui, il y en a pour tous les goûts, et la complexité de l’offre est visible en un seul clic ou par une simple visite aux boutiques de spécialité, où les vibrateurs de diverses formes, tailles, couleurs et spécifications, réalistes ou moins réalistes, miniatures, "de voyage", gigantesques, anaux, ayant de noms bizarres ("œuf", "balle", "lapin", ou purement et simplement "traditionnels") sont accompagnés par des dildos aussi populaires et variés, "masturbateurs" pour hommes, poupées gonflables, lubrifiants, stimulants, aphrodisiaques, pompes pour agrandir le pénis, anneaux et manchons, cravaches, menottes et tant d’autres possibles achats censés servir aux amours "classiques" ou aux pratiques alternatives de type BDSM. Il y en a pour tout le monde et quelques-uns d’entre eux font même preuve d’un haut niveau d’inventivité.

Tout en recherchant sur le potentiel du marché actuel, on pourrait dire qu’une première classification des plus folles, bizarres ou inhabituelles "excentricités" sexuelles serait la suivante:

1.-Le vibrateur scorpion. Ce n’est pas un mystère que ce "remplaçant" ait la forme d’un scorpion noir, muni de tenailles, pattes et queue. Afin d’y attacher un aspect "affreux", ses producteurs ont choisi de le commercialiser dans une boîte foncée, qui imite l’aspect d’un cercueil, le texte inscrit sur l’emballage complétant de façon suggestive la "métaphore" de sa présentation avec le message: Mort par orgasme. Dans ses "entrailles", le scorpion porte un petit moteur qui met en mouvement la "brute" et ses éléments, le transformant dans une ustensile bonne pour les deux types de stimulation à la fois, celle interne et celle externe. Quoique facile à manipuler, le produit s’adresse pourtant aux dames "bien établies" dans ce domaine, ayant suffisamment d’humour ainsi qu’une fréquence cardiaque normale.

2.-La lampe torche masturbateur. Les lampes sont des "bénédictions" sexuelles spécialement conçues pour les messieurs qui souhaitent épargner de temps à autre leur main droite. Au premier regard, elles ressemblent fort aux lampes ordinaires, mais, une fois le couvercle levé, l’objet révèle sa vraie "identité", dévoilant un tube fin de silicone, au bout duquel préside le moulage d’un vagin. L’intérieur reproduit lui aussi l’anatomie féminine, de sorte que le produit offre les sensations les plus similaires à l’expérience réelle.

3.-La langue du dragon. Cette inédite invention, d’inspiration futuriste, a la forme d’une langue, comme son nom le suggère d’ailleurs. Mais ce n’est pas une langue quelconque, sinon une véritable langue de dragon. Son utilité n’est pas difficile à deviner. Ayant une base qui mélange l’image de l’animal mythologique avec celle du scrotum, et en plus des dimensions, couleurs et différents degrés de dureté, ce "substitut" répond aux diverses faiblesses des acheteuses. Si elles préfèrent une "langue" plus petite, la recommandation en est d’opter pour une texture un peu plus flexible (c’est du moins ce que les spécialistes conseillent)!

4.-Le sac a jouet sexuel. Le sac à jouets sexuels se comporte comme une véritable machine sexuelle et peut supplanter de manière admirable l’absence d’un partenaire qui appuie sur les bons "boutons". Même s’il passe sans problèmes par une petite valise ordinaire, quotidienne, le petit "sac magique" n’est pas là pour recueillir documents, clés, rouges à lèvres, lunettes de soleil ou argent, sinon pour... satisfaire. Ce sac est muni, sur la partie latérale, d’un dildo viril, gérable à distance par l’intermédiaire d’une télécommande à infrarouge, ayant de multiples fonctions qui peuvent être réglées selon la disposition, le moment du jour ou le "tempérament" et peut être anime tout en le branchant à la plus proche prise ou à l’aide des batteries. Une autre bonne nouvelle serait que ce sac à jouets pour adultes fonctionne aussi bien à l’horizontale qu’à la verticale.

5.-Le vibromasseur en or. Pour les dames aisées financièrement (ou les chanceuses ayant des amants qui savent offrir des cadeaux "utiles"), on a inventé le vibromasseur plaque en or 24 carats, petit, silencieux, élégant et spécialise non seulement à plaire aux yeux mais aussi... au vagin. Celui-ci n’a aucune restriction concernant son utilisation, à part une certaine limite de temps: facile à "porter" en dehors de la maison, mais "seulement" pour 7 heures (l’intervalle maximum durant lequel sa batterie stoïque résiste héroïquement)

* * *

En tant que "parent" de tous les substituts sexuels, le vibrateur a connu un trajet sinueux, depuis remède contre la hystérie, jusqu’au traitement anti vieillissement, depuis dispositif suspect (légalement interdit) jusqu’au "partenaire" idéal pour pas mal de personnes solitaires ou la pièce de résistance que les starlettes aux poitrines impressionnantes "agréent" artistiquement dans les films pour les adultes.

Malgré son passé tumultueux, l’important c’est qu’il n’ait jamais renié son rôle considérable dans la vie sexuelle de la plupart des gens (comme d’ailleurs tous les autres accessoires similaires).