Le fétichisme du robot

Le fétichisme du robot

D’une manière similaire à l’agalmatophilie, le fétichisme robotique (connu aussi sous le nom de techno-sexualité) se base sur l’aspiration d’avoir une relation avec un être non-humain. La plupart du temps, cela se matérialise par le jeu de rôle ou par des sons « artificiels » caractéristiques aux « automates intelligents ».

Lorsqu’il s’agit d’auto-simulation, l’imagination représente le principal facteur « moteur » de la démarche, et dans certains cas, il y a aussi l’aspiration de devenir « cybernétique », d’avoir un corps sans veines et capillaires, mais seulement avec des circuits électriques.

Etant donné l’essor technologique enregistré jusqu’à présent, les accessoires ou même les partenaires « synthétiques » peuvent être déjà achetés et utilisés au gré des passionnés de ce genre d’interactions futuristes, mais bien sûr, pour une somme d’argent pas très négligeable.