La tricophilie/ Fétichisme des cheveux

La tricophilie/ Fétichisme des cheveux

Ceux qui "souffrent" de ce syndrome n’ont pas besoin de lingerie sexy, de musique romantique ou de mots vulgaires pour entrer dans l’atmosphère des rencontres "folles", mais seulement d’un partenaire adepte de la présence absolument "sauvage" qui n’est pas passé trop par le coiffeur ou le salon de beauté.

Le fétiche définit donc l’inclinaison pour les cheveux, vus strictement comme impulsion perceptuelle. Les hommes et les femmes qui tombent amoureux des tresses rebelles, riches et brillantes, peuvent ressentir une attraction particulière y compris pour les poils corporels ou pubiens, dans ce cas il s’agit de la pubephilie (pubephilia), c’est-à-dire une forme dérivée de la tricophilie qui détermine l’irrésistibilité pour les cheveux dans les zones "moins accessibles".

Bien que la passion ne soit pas nocive ou blessante, il peut être pourtant difficile à comprendre comment quelque chose qui dérange certains gens ou qui même les dégoûte, conquiert d’autres gens au maximum et les provoque d’une telle manière que ni le plus fort aphrodisiaque du monde ne pourrait pas le faire !?

Mais, la conception sur l’esthétique humaine diffère d’un cas à l’autre, tout comme la réaction devant les caractéristiques considérées d’habitude comme étant indésirables, concernant l’aspect physique. Et la pilosité et ses implications distinctes ont leur rôle bien déterminé dans la vision de ceux qui ne pourraient pas supporter une calvitie ou de la peau lisse et soyeuse.