La claustrophilie

La claustrophilie

La claustrophilie est l’opposé de la claustrophobie.

Les claustrophobes sont les gens qui ne peuvent pas supporter les périmètres clos, fermés, suffocants, qui les donnent le sentiment de persistant et insupportable manque de l’espace…

Les claustrophiles en échange (c’est-à-dire ceux qui aime le fétiche de la claustrophilie) ne se sentent bien que dans ces périmètres où la liberté de mouvement est fermée et (si possible) réduite au minimum.

Pour accomplir leur préférence, ils utilisent d’habitude des boîtes, des cages, des sacs ou même certains « dispositifs » particulièrement projetés et réalisés pour leurs besoins, comme par exemple, le « vacuum bed » ou « vacbed » (une sorte de plateforme douce, comme un « lit », couverte d’une couche de latex sous laquelle une ou plusieurs personnes peuvent glisser, respirant ensuite par un tube ou par une trou minuscule, après en préalable, tout l’air existant à l’intérieur a été extrait par une pompe de vide, afférente au « système »).

Comme dans le cas d’autres plaisirs extrêmes, ici peuvent apparaitre aussi des risques liés par l’absence de l’oxygène ou par les positions incommodes choisies. Mais, introduite dans le couple, le plus souvent la méthode peut être bénéfique, par la facilitation de l’approche et l’influence qualitative de la communion des parties (étant donné la reconversion radicale de l’idée « d’espace personnel »).

Mais rien ne doit être fait sans le sens de la mesure et l’attention.